Jean Burgos

Apollinaire et « L’Enchanteur pourrissant »





    L’Enchanteur pourrissant est le premier ouvrage qu’Apollinaire devait faire publier : une oeuvre singulière à laquelle il allait accorder un statut particulier jusqu’à la veille de sa mort en 1918. De cette oeuvre on ne connaissait jusqu’alors qu’une première ébauche parue en revue en 1904, et le texte publié par Henry Kahnweiler illustré de bois gravés d’André derain en 1909.

    Or voici qu’un manuscrit, le premier, après bien des péripéties, allait réapparaître, comme aussi divers feuillets autographes et des carnets longtemps gardés sous le manteau. il devenait possible dès lors de porter un regard nouveau sur cette création, matrice de l’oeuvre à venir, qui vient éclairer d’autre façon la genèse et le cheminement de la poétique apollinarienne.

    Car L’Enchanteur pourrissant n’est pas seulement l’ouvrage, sans cesse retravaillé, qui devait accompagner Apollinaire jusqu’à l’heure de « La Chanson du mal-aimé ». il est aussi le creuset de toute la poétique apollinarienne, et ses traces se retrouveront jusque dans les toutes dernières œuvres du poète, alors même qu’il songeait à en faire une nouvelle publication.

    Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité de l’édition de L’Enchanteur pourrissant établie par Jean Burgos en 1972, qui obtint le prix de l’édition critique. Il vient renouveler et enrichir les études sur l’exceptionnelle créativité d’Apollinaire à travers l’un des textes fondateurs de sa poétique.


Table des matières

Avant-propos - Les gammes d’un poète ...........................................................9

I - Un chantier exemplaire........................................................................17
- Un premier manuscrit ...............................................................................23
- Sur deux fragments abandonnés ............................................................51
- Des feuillets pleins de promesses..........................................................69
- Cahiers, carnets, nouvelles sources.....................................................77
- Le manuscrit de la « nouvelle édition » ?................................................99
- Le dossier de presse de L’Enchanteur pourrissant ..............................109

II - l’enchanteur pourrissant
et la poétique apollinarienne .............................................................113
- Les enchantements du Festin d’Ésope ..................................................119
- Couleur du temps, une poétique du désenchantement...........................135
- Pour une nouvelle lecture de L’Enchanteur pourrissant ......................157

III - reproduction du « premier manuscrit »...................................167
Corrections et compléments de l’édition critique de 1972 .............................232
Index des noms cités............................................................................................236
Bibliographie.......................................................................................................237
Table des illustrations......................................................................................238
Table des matières ..............................................................................................239






    Jean Burgos, Professeur émérite des Universités, Président honoraire de l’Université de Savoie (Chambéry), est spécialiste de poïétique (poésie et imaginaire). Après des études de philosophie, de psychologie et de lettres aux Universités de Grenoble, Lyon et Paris-Sorbonne, il a obtenu un Doctorat d’État (Sorbonne) en 1979.
    Il a enseigné dans diverses Universités européennes en même temps qu’à l’Université de Savoie où il a été Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines avant d’être élu Président en 1994.
    Jean Burgos anime par ailleurs des colloques et séminaires de recherche sur l’imaginaire, ses implications et ses applications à l’innovation comme à la création.
    Directeur-fondateur de Circé (Cahiers de Recherche sur l’Imaginaire), il a été Président de l’éditorat des Lettres modernes (Éditions des Lettres modernes Minard) jusqu’en 2007.
    Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont La Poétique et l’Imaginaire (Seuil, 1982) et de plus d’une centaine d’articles sur la poésie et la création dans tous ses états.

    Prix de la recherche, Grenoble, 1953.
    Prix de l’édition critique, Paris, 1972.



© Calliopées-2009 -callidesign